UNBCI-BANNER-AG-BLOGUEUR-IVOIRIEN

Pour Moussa Bamba (Président de l’Union nationale des blogueurs de Côte d’ivoire UNBCI) « le rassemblement et  la formation des blogueurs ivoiriens sera au cœur de notre mission ». Un mois après ça création le président dévoilé les les objectifs de l’UNBCI dans un interview a quelque jour du lancement des activités.

L’UNBCI que vous dirigez depuis quelques semaines lance officiellement ses activités à partir du 9 janvier 2016. Qu’est ce qui est prévu à cette occasion ?

Avant tout qu’il me soit permis de souhaiter une excellente année 2016 à l’ensemble des Ivoiriens et en particulier, aux blogueurs. Effectivement, l’UNBCI organise le 9 janvier prochain le lancement officiel de ses activités. À cette occasion, nous allons porter à la connaissance de tous nos objectifs et missions. En outre, nous comptons profiter de cette rencontre pour former les membres-aspirants en leur donnant les bases du blogging. Ce, pour accélérer leur passage de membres aspirants à membres actifs. Car, avoir un blog est une condition nécessaire pour être membre actif de notre union. Cela sera pour nos notre premier challenge.

Votre association a pour ambition de promouvoir le blogging en Côte d’Ivoire. Quelles actions concrètes allez-vous initier dans ce sens ?

Le blog est longtemps resté l’apanage d’une certaine élite. Alors qu’en théorie, il est possible à tous d’avoir un blog et de l’animer. L’UNBCI entend donc aller à la rencontre des toutes les couches socio-professionnelles afin de les inciter et les initier au blogging. Qui, de nos jours est un formidable outil d’expression et d’insertion dans la société. Nous comptons donc enseigner à tous ces Ivoiriens les techniques de rédaction et de prise en main d’un blog afin de travailler la qualité des blogs de nos membres. En outre, pour les blogueurs déjà actifs, l’UNBCI a tout un programme de promotion permettant à ces derniers d’exercer de façon plus efficace et pourquoi pas professionnelle leur passion.

Une autre association de blogueurs à laquelle vous avez appartenu a également tenu son A.G récemment. La naissance de l’UNBCI n’est-elle pas le résultat de frustration, de jalousie au sein de la précédente union ?

Ni l’un ni l’autre. La naissance de l’UNBCI est partie du constat que le secteur était amorphe ces dernières années alors que nous avions besoin de dynamisme. En 2 ans, je n’ai pas le souvenir d’avoir pris part à une action d’envergure qui concourait à promouvoir le blogging en Côte d’Ivoire. Aucune action de formation. Rien, à mon sens, ne se faisait pour atteindre les objectifs. C’est pourquoi certains blogueurs qui ne se sentaient plus dans l’autre association ont décidé de nous rejoindre dans notre amicale de Mondoblogueurs (Blogueurs sous le label Mondoblog de Radio France Internationale, ndlr) que nous avons ouvert et rebaptisé UNBCI. L’engouement aujourd’hui autour de notre nouveau-né nous conforte dans notre choix et augure de grandes choses.

Quelle est l’importance pour la Côte d’Ivoire et les Ivoiriens de développer le blogging ?

De nos jours, les blogueurs sont de véritables baromètres de la vie sociale. Le fait pour une personne de s’exprimer librement sur un sujet donné contribue à faire bouger les choses dans un pays. Les exemples sont légions en la matière. Plusieurs vies ont été « sauvées » et des situations ont eu un dénouement heureux grâce à Internet et aux blogueurs. Au delà, les blogs étant des vitrines sur Internet, développer le blogging made in côte d’ivoire c’est multiplier ces vitrines sur la toile et ainsi favoriser du contenu que nous ivoiriens auront produits pour nous-même.

En tant qu’un de ces acteurs clé, quel est votre regard sur le web ivoirien surtout, par rapport aux autres pays de la sous-région ?

Pour être franc, l’écosystème web ivoirien est très fort de ses individualités et sait être dynamique quand il se mobilise autour d’une cause. Il est capable d’accomplir de grandes choses et être d’un grand soutien pour le développement de notre pays et l’éveil des populations. Malheureusement, comme dans tous les groupements humains, de petits problèmes de personnes l’ont véritablement fragilisé. Il y’a 4 ans les web activistes ivoiriens parvenaient assez facilement à se réunir pour que chaque événement soit l’affaire de tous comme c’est le cas dans la sous-région sans citer de pays. Il faut que le web ivoirien redevienne une communauté réunie par des liens d’intérêts commun. C’est aussi ce désir de rassemblement qui anime les membres de l’UNBCI.

Facebook Comments

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *